mardi 2 janvier 2007

Un comparateur sur le prix des carburants : super non ?

C'est officiellement le 2 janvier 2007 (du moins, c'est ce qui est annoncé sur les médias et sur l'unique page du site non encore ouvert) que le portail gouvernemental permettant la comparaison des prix des carburants ouvrira ses portes.

Annoncé le 19 décembre, ce site sera de donner de manière permanente et réactualisée les prix pratiqués par près de 8000 stations-service sur le territoire français. En effet, depuis un arrêté ministériel du 12 décembre 2006, il est obligatoire de réaliser une déclaration des prix pratiqués pour tout gérant de points de vente de carburants ayant vendu au moins 500 mètres cube de carburants (tous carburants confondus) l'année précédente.

S'appuyant sur cette obligation, le ministère de l'Economie a conçu le site prix-carburants.gouv.fr permettant de consulter les prix du gazole, du sans plomb 95 et du superéthanol E85 au fur et à mesure de sa commercialisation. Les prix référencés correspondent au prix à la pompe du carburant par litre, exprimé en euro avec trois
décimales, avec la date du changement de prix. Le site devrait permettre de comparer les prix des carburants des différentes stations service au niveau d'un département ou d'une commune.

Les prix seront actualisés directement par les distributeurs, sous leur responsabilité, à chaque changement de prix. Les distributeurs saisiront les prix à chaque variation soit directement par Internet soit par un serveur vocal interactif, pour ceux qui n'ont pas accès à Internet. Les données saisies seront consultables en ligne moins de cinq minutes après leur saisie.

Mais finalement, cette mesure va-t-elle être utile ? Combien d'automobilistes vont se connecter sur l'internet avant de prendre leur voiture pour faire plusieurs kilomètres afin d'arriver à la station-service la moins chère de leur département ou de leur commune ?

Il est clair que l'outil, en lui-même, va sans doute plus servir d'indicateur (comme l'Observatoire des prix du carburants institué en novembre 2005) que de réel service pour le consommateur final. Une utilisation pourrait être trouvée néanmoins : que les fournisseurs de solution de navigation par GPS intègrent cette information dans les informations fournies aux automobilistes. En plus de la liste des radars fixes, l'identification des stations-service les moins chères pourraient être un nouvel argument de vente de ces petits GPS.

Seulement, les données diffusées sur le site prix-carburants.gouv.fr seront-elles librement réutilisables ? Il y a fort à parier que ces données relèveront du régime des articles 10 et suivants de la loi du 17 juillet 1978 sur la réutilisation des informations émanant du secteur public. Ce texte prévoit en effet que "les informations figurant dans des documents élaborés ou détenus par les administrations mentionnées à l'article 1er, quel que soit le support, peuvent être utilisées par toute personne qui le souhaite à d'autres fins que celles de la mission de service public pour les besoins de laquelle les documents ont été élaborés ou sont détenus".

5 commentaires:

cedric manara a dit…

Un autre problème pourrait poindre : celui d'une utilisation de cet outil à des fins anticoncurrentielles (ou en tout cas défavorables au marché).
Il devient en effet très aisé de connaître les prix pratiqués dans son périmètre d'activité, et de les tirer vers le haut si l'on s'aperçoit que l'on est moins cher que les voisins...

Joël a dit…

Ce qui m'intéresse aussi, c'est de savoir ce qui sera le plus pertinent : l'approche du gouvernement avec l'obligation d'indiquer ses prix, ou l'appel à l'intelligence collective comme sur zagaz.com par exemple.
J'en parle dans mon post d'hier

Anonyme a dit…

Bonne année à vous aussi. une question qui n'a aucun lien avec post mais plutôt avec le e-commerce en général. Pourquoi le législateur dans la LCEN n'a pas préciser les sanctions de l'exigence de certaines formes?

Samy a dit…

Pour répondre à Cédric : les pétroliers n'ont pas besoin de cet outil pour afficher des prix étonnamment proches dans une même zone géographique.

Les gérants sont déjà tenus de faire des relevés de prix dans le voisinage et de les transmettre au prétrolier qui utilise ces informations pour fixer ses prix.

Il y a quelques années, cette collecte était effectuée par téléphone, de station à station. Les autorités en charge de la concurrence avaient mis fin à cette pratique.

Laurent a dit…

Merci pour ces informations !

J'ai rajouté cette nouvelle sur mon billet Inflation et transparence qui abordait le sujet de la transparence du gouvernement sur les relevés de prix de l'inflation en novembre dernier (et votre blog a ma blogroll :).